images de la peinture murale précédées par celle du rhéokaliphore.

à droite le corso, à gauche le parc, devant nous la rotonde de la bibliothèque. L'entrée est légèrement sur la droite.

A gauche du cabanon bleu, l'entrée de la salle dite des des époux, dans laquelle nous avons commencé la peinture murale appelée "notre Europe de Lisbonne à Vladisvostok". En même temps nous avons élevé une cabine électrique dans un piteux état au statut de rhéokaliphore. Il se trouve à quelques pas de l'arbre tronqué, juste devant la porte de la salle des couples.

 Nous avons d'abord demandé que le cadenas soit remis en place pour que l'armoire soit fermée, hors d'atteinte des enfants.

Nous avons demandé l'autorisation aux autorités

Juste à côté, au centre du parc, la fontaine austro-hongroise, toujours en fonction durant l'été. Au fond le musée historique. A 300 m. le musée romain.

On commence

La lumière frisante révèle dans le carré bleu clair à gauche le relief du papier qui était collé et qui se décole. Nous n'y touchons pas, attendant de voir l'effet du climat ou des gens, pour réintervenir, probablement en juin 2016, donc 3 mois plus tard.

Immédiatement médiatisé. On attend la suite

Peinture murale dans la salle des époux de la bibliothèque de la ville

Le fond a été préparé une semaine à l'avance. Ici on voit Yovitsa de dos. Il contrôle la bien-facture de la surface.

Une partie de l'équipe prépare le matériel ( lundi matin)

 On commence : le titre est déjà visible "notre Europe de lisboa à Vladivostok".

Yovitsa peint aussi. Il habite Kusmin, à 20 km de Sremska et s'occupe de toute la logistique, donc des moindres détails tout en participatnat à la conception de l'oeuvre.

Madame svetlana Sabo, dite Citsa, responsable de la section jeunesse de la bibliothèque, (elle est ici de dos), regarde le "moment d'histoire peint". Il donne à voir un point de vue de l'histoire, un moment peint plaçant tous les moments-clefs de la culture de Sremska. Ce cercle a été peint en 1998. Devant la peinture: Yovitsa. 

A gauche un trompe-l'oeil peint par les mêmes artistes. 

A droite une peinture murale d'un artiste de Sremska.

Les premiers moments

Sitsa observe son équipe. Yovitsa téléphone pour coordonner toute l'affaire

Nous sommes dans l'entrée. Vue sur la salle des époux

On ne peut pas être trop nombreux sur les trétaux. Ici trois sur les 20 participants.

Cela semble impossible : pourtant chacun se meut en fonction des autres.

Les générations se mêlent

Le papa (on voit son âge sur ses mains) s'explique dans le petit "carnet d'or".

Elle décrit ce qu'elle voit

Il peint la pomme

photographes de presse

Pour qu'on puisse m'appeler...

révolte contre la non organisation du tri des déchets ...

Tout en bas à droite : tête suggérée pour représenter la personne toute simple qui, pendant qu'elle travaille, voit par exemple un enfant qui se noye, le sauve, et continue son travail, n'étant pas avide d'honneurs mais faisant le Bien pour faire le Bien.

Fin de la première étape

La palette : sur les 20 personnes quelques unes ont signé

Détails

Ils sont contents...

Le vernissage : le quatuor à cordes

La cantatrice bien connue

présentée par Sitsa