NUANCES ET INTENSITéS

sont au premier plan 

de nos préoccupations

 

Les variations d'intensité

réparties en sections que

sont les surfaces géométriques

de différentes dimension

permettent des règlages fins

c'est-à-dire l'appel à la 

sensibilité exercée d'artistes

expérimentés et reconnus

capable de la traduire

dans les intervensions.

 

Les accords à mettre

en place entre un rhéokaliphore

et son environnement demandent

de la fermeté mais aussi une extrème patience nécessaire pour enrégistrer tous les effets concomitants, puis choisir les accords qui sonnent bien.

 

La  reconnaissance des nuances est

fondamentale. L'importances de celles-ci est très généralement sous estimée.

C'est pourquoi les designer n'accouchent pratiquement jamais d'un espace vraiment harmoniques.

Heureusement que la nature ne fabriques régulièrement par le fait que les processus de transmissions des patrimoines est cahotique, ce qui laisse toutes sortes d'endroit momentanément en friches, permettant ainsi de s'imprégner de ces petits et nombreux miracles d'harmonie.

 

Il est facile de constater que la nature laissée à elle-même n'est pas forcément belle, mais que les rapports entre une nature qui gallope à sa façon et les différentes interventions humaines permettent des coïncidences innombrables, dues aux différents veillissements des matériaux et végétaux.

 

Nous manquons encore d'instruments techniques valables pour mesurer les courbes de vieillissements. Par contre,

les sensibilités aiguises des acteurs de l'atelier urbains fait merveille dans ce domaine.