Je considère la Révélation d'Arès comme le livre le plus important. Je veux dire qu'on ne peut pas se permettre de ne pas le lire.

La culture a pour l'instant fait l'impasse sur la question du mal. On l'a laissée en l'état du 17ème siècle, tellement bien décrite dans le  livret du Couronnement de Poppée ( Monteverdi 1642), on y voit Sénèque recalé, étant obligé de laisser la voie libre à la passion amoureuse aidée ici par la beauté, la jeunesse et la richesse.

La sagesse de Sénèque qui voulait donner la place à un élargissement du temps, celui de la culture, n'était déjà pas suffisante, mais Busenellelo, le librettiste, lui demande de débarasser le plancher. Faisons place à l'amour passion, la jeunesse, la richesse le pouvoir, tout ceci couronné par la beauté.

On peut glauser sur l'amour-sagesse.

En bref pourquoi, l'amour passion, la jeunesse et le pouvoir, grâce à la beauté (et que le duo d'amour est beau !) passe-t-il avant la sagesse qui est sensée porter le bien ? Et l'amour-sagesse tel qu'on nous le fait connaître est-il suffisant pour nous libérer de nos chaînes qui sont celles d'esclaves passant sous le joug des pouvoirs ?

 

A cette question répond la Révélation d'Arès en affirmant haut et fort que la beauté ne peut être qu'au service du Bien. Et la Révélation définit enfin ce qu'est le Bien : l'Amour spirituel en action.

L'Amour spirituel est montré très clairement supérieur à l'amour passion, voire humanitaire, voire sacrificiel. Il n'est pas non plus l'ennemi de la raison.

Il est à créer et de plus, accessible, créable dans la vie quotidienne.

Pour accéder à cette création, cette co-création, les petits pas de la "pénitence arésienne" sont clairement expliqués.

J'estime donc que acteur ou non de la culture chacun a avantage à avoir lu ce texte.