Quelques exemples

Nous avons utilisé trois planches de coffrages qui avaient servi à protéger les jeunes arbres et , avant que la voirie ne les jette, les avons refixées autour d'un lampadaire

Voici un édicule exemplaire:

pendant des années il est chargé d'affreux tags. Normal, il se trouve au Rond-point, le tram 15 s'y arrêtait.

Je pris l'affaire en main et, tout en gardant des traces des tags primitifs, je les accompagnai avec des effets de couleur et de matière. La borne technique devenant ainsi un objet digne d'intérêt dans le mobilier urbain.

Du côté porte, je me fendis d'effets de trompe-l'oeil pour en faire un "objet sculpté". 

Cet édicule était devenu une petite sculpture intégrée dans sons environnement.

 

 

On peut même laisser des parties de tag

Il y avait même la place pour la publicité !

Hélas, depuis, on y a mis une image assez stupide. L'objet est devenu la risée des citoyens

Abstraction géométrique

Autre exemple frappant :

 

à l'angle du Bld Carl Vogt, un édicule tagé depuis longtemps traînait devant le pub qui pourtant avait de l'allure. Avec l'accord du gérant j'amélioré l'apparence de cette cabine technique, qui, après les travaux du trottoir avait bonne allure, telle une sculpturer placée au bon endroit.

 

Détail

Entre temps, la caisse fut changée, et tout de gris vêtue, voilà les re-tags...

Je vais me pointer, prendre langue avec la nouvelle gérante et refaire un petit chef d'oeuvre. Qui remarquera cela dans notre république ?