Grand entête

17 novembre 2015 :

Nous avons déjà détagué plusieurs objets avant d'être arrêtés par la police : interdiction de nettoyer les tags, si ce n'est par une entreprise mandatée.

 

Nous surprenons donc notre démocratie en flagrante contradiction des règlements qui ne suffisent pas, depuis des années à endiguer le fléau des tags. En effet, le temps de la décision plus le manque d'argent permettent aux tags de proliphérer tranquillement. Il suffirait de faire intervenir les transfigurbartistes. Pensez-vous que des intellectuels pourraient imaginer qu'ils font eux-même l'impasse sur ces questions ayant décrétés qu'un nouvel art, le street art pouvait remplacer ce savoir-faire.

Je suppose que l'autorité ne sait même pas de quoi il s'agit.

Le rhéokaliphore que l'on peut voir très clairement et de la piscine et de l'espace public, le long du canal oriental est installé à cette place depuis plus de 13 ans sans que jamais personne ne le remarque. Il s'agit pourtant d'un objet d'art parfaitement adapté à l'espace public. Aucun responsable de la culture ne l'a jamais remarqué. Il est pourtant grand ! Et il attend toujours une place. Mais quand on reste dans les bureaux, comment peut-on améliorer cette pauvre ville?

Fait piquant :

La semaine dernière (autour du 12 nov. 2015), la police a remarqué un vieillard (moi) en train de travailler timidement et minutieusement un tag pour qu'il devienne une oeuvre d'art intégrée au lieu ( il s'agit de la vieille palissade qui n'offre aucune qualité et

qui entoure le stade de foot), ceci avec un petit pinceau et de la couleur acrylique non nuisible à la santé. Les 4 gendarmes m'ont menacé de me séquestrer mon petit matériel si je continuait. Impossible de joindre la direction d'Urbat qui se trouve juste à côté. Je m'y suis donc rendu moi-même. On m'y accueillit gentiment tout en me signifiant qu'on ne pouvait rien faire.

Evidement, puisque l'espace public ne peut être travaillé que par les services administrés...

 

Je me suis adressé au Syndic et vous raconterai la suite.

Sur la même palissade, quelques panneaux plus loin, ce tag est resté inachavé . en quelques heures, je  l'ai transformé en une petite oeuvre d'art intégrée. J'ai oublié de dire qu'il y a des années que ces tags traînent sur ces murs et que personne ne remarque la poésie des panneaux peints depuis des années par les enfants.

Ce fut une heureuse inititative d'un artsites professeur et ses enfants. Mais croyez-vous qu'un journaliste ou spécialiste se soit préoccuper de prolonger ce travail ?  Je vais donc m'en occuper...